Le rôle essentiel des assureurs dans la voie du Net Zero

Ce blog a été initialement publié en espagnol sur le site de Social Investor ici.

Le secteur de l’assurance joue un rôle clé dans la transition énergétique, tant en ce qui concerne les personnes qui souscrivent des polices et la manière dont elles le font, qu’en tant qu’investisseurs. Et ils ont des défis à relever en matière de durabilité.

En cette période de grande incertitude sociale et économique, le secteur de l’assurance joue un rôle plus important dans la transition vers une économie plus verte et plus inclusive.

Les catastrophes climatiques de 2021, telles que les inondations en Australie, en Europe, au Canada et au Sud-Soudan, les ouragans aux États-Unis, en Chine et en Inde, les incendies et les vagues de chaleur aux États-Unis, les sécheresses en Afrique et en Amérique latine, ont constitué un test décisif pour le secteur dans le monde entier.

Selon les estimations du groupe Swiss Re, quelque 270 milliards de dollars de pertes sont imputables aux catastrophes naturelles. Sur cette somme, moins de la moitié, soit 111 milliards de dollars, était assurée et représentait le quatrième paiement le plus élevé depuis que l’Institut Swiss Re, l’organe de recherche de l’assureur, a commencé à tenir des registres en 1970. S’agit-il d’un événement exceptionnel ou de la nouvelle norme ?

Malheureusement, il semble qu’il s’agisse d’une réalité de la vie, dont la fréquence et la gravité augmentent. Selon l’Organisation météorologique mondiale, les inondations, les vagues de chaleur et les incendies de forêt ont quintuplé au cours des 50 dernières années, entraînant des coûts environnementaux incalculables, outre la perte de plus de 2 millions de vies et un impact économique de plus de 3 640 milliards de dollars.

Grâce à ces données, et en tenant compte de la tendance, les assureurs reformulent leurs modèles de tarification pour tenir compte de ces événements.

Les catastrophes naturelles répétées et en augmentation augmentent considérablement les risques sur les actifs protégés, augmentant également le coût de la couverture et les primes des polices.

Selon KPMG, cette situation pourrait conduire à un échec du modèle, dans un contexte de restrictions réglementaires, de hausse des primes et de doutes quant à la capacité des particuliers et des organisations à s’assurer dans des zones de plus en plus exposées aux catastrophes naturelles, où les primes ont augmenté de manière exponentielle, comme c’est déjà le cas aux États-Unis.

Selon Capgemini, au cours des quatre dernières années, environ 340 000 clients situés dans des zones exposées aux incendies aux États-Unis ont été définis comme “non assurables” par la plupart des grands assureurs.

Cette décision est prise sur la base de la simple équation risque-bénéfice, mais prend-elle en compte l’impact sur les clients et la société résultant des actions de l’assureur ? Il ne faut pas oublier que la protection d’assurance est une condition préalable à de nombreuses activités des entreprises, des acteurs des marchés financiers et des ménages.

De telles actions remettent en question la crédibilité de l’objectif général des assureurs : prendre des risques pour répondre aux besoins des personnes et des organisations lorsqu’ils sont nécessaires, contribuant ainsi au progrès social et économique.

Les entreprises doivent identifier, gérer et communiquer les impacts négatifs de leurs décisions, et non les éviter ou ériger des barrières.

Comment les assureurs peuvent-ils recadrer leur rôle et leur impact, à la fois en tant que gestionnaires de risques et investisseurs institutionnels, dans une période de transition comme celle-ci ?

Ils sont certainement dans une position unique pour, en plus d’agir comme un “fournisseur de prévention” des risques traditionnels, devenir un prescripteur d’une gestion ESG complète. En d’autres termes, en plus de protéger, ils peuvent favoriser la transition vers une économie plus durable.

En raison de leur influence, de leur prestige, de leur capital financier, de leur expérience et des données qu’ils gèrent, ils peuvent travailler avec les organisations assurées et investies pour améliorer leur résilience face aux événements climatiques et sociaux, tout en améliorant l’efficacité et la rentabilité de l’assureur lui-même.

La durabilité reste un défi

Toutefois, pour jouer ce rôle, ils doivent disposer d’une estimation adéquate et actualisée des risques ESG, analyser et surveiller les impacts sociaux et environnementaux potentiels des entreprises et, inversement, des entreprises sur l’environnement et la société, concevoir des mesures d’atténuation ou de compensation et, enfin, assurer une communication rapide, bidirectionnelle, accessible et claire.

Malheureusement, la plupart des compagnies d’assurance font encore preuve d’une gestion interne médiocre dans le domaine de la durabilité : 50 des 66 assureurs du MSCI World sont exclus du MSCI World SRI en raison de leur faible notation.

Bien qu’il existe des différences entre les régions, il est significatif que pour 92 % des assureurs américains interrogés par Conning, la réputation de l’entreprise soit la principale raison de l’intégration des facteurs ESG dans leurs décisions d’investissement et que 79 % ne l’aient fait que récemment, il y a moins de deux ans.

Il y a un grand déséquilibre dans la gestion des facteurs ESG, l’aspect environnemental étant le plus travaillé. L’intensité de la réglementation, les risques de litige et la pression sociale incitent à se concentrer sur ce domaine, même s’il n’en est encore qu’à ses débuts :

  • Les principaux assureurs et réassureurs ont annoncé, lors de la COP26, la formation de la Net-Zero Insurance Alliance, engageant leurs portefeuilles à atteindre la neutralité en matière de gaz à effet de serre d’ici 2050. Cela peut créer un effet d’entraînement dans tous les secteurs, surtout si des objectifs fondés sur la science sont mis en place. Il est clair que le défi consiste à passer de l’engagement à l’action, en mesurant et en communiquant l’impact et les progrès de cette stratégie.
  • Un nombre croissant d’assureurs limiteront la couverture des entreprises qui construisent ou exploitent des mines et des usines de charbon. Il s’agit d’un premier mouvement qui se concentre sur l’exclusion, mais qui n’aborde pas le problème ni les conséquences de la restriction. Elle doit être complétée par des actions visant à réaliser la transition d’activité de l’assuré.
  • De nouveaux produits apparaissent sous la forme de plans d’assurance à prix réduit pour les clients qui adoptent des pratiques durables pour réduire la consommation d’énergie et de ressources. Il s’agit notamment de réductions pour une conduite plus responsable, pour l’assurance de voitures hybrides, ou pour l’assurance de bâtiments efficaces ou générant des énergies renouvelables, entre autres.

Cependant, les aspects S ne doivent pas être négligés. Les questions sociales sont également devenues plus pertinentes depuis les mouvements #MeToo et Black Lives Matters, qui déplacent l’attention sur les aspects de la diversité, de l’équité et de l’inclusion. En outre, la cybersécurité et les perturbations constantes des chaînes d’approvisionnement exigent que les questions sociales occupent une place plus importante.

Il est vrai que le contexte actuel est traversé par des défis majeurs qui comportent des risques d’un point de vue ESG : épidémies pandémiques, inflation, conflits géopolitiques, transition énergétique, manifestations sociales, nouvelles technologies…, mais, en même temps, tous ces défis renforcent le besoin d’assurance.

Le secteur devient ainsi un levier essentiel pour la relance et la transformation de l’économie, de l’industrie et de la société. Selon la manière dont la gestion des facteurs ESG est intégrée, tant dans les assurances que dans les investissements, cette transformation sera plus durable et donc plus résiliente.

Selon Pilar González de Frutos, présidente de l’Unespa, “un secteur de l’assurance solide garantit l’atténuation de tout impact économique et place l’économie dans une meilleure position pour faire face aux défis”.

Susana Gallego
Autres articles

Susana est titulaire d'un diplôme d'ingénieur industriel de l'UVA et d'un MBA de l'INSEAD. Elle est certifiée ESG Analyst par l'EFFAS et Global Chief Communication Officer par l'ESADE.

Avec plus de 20 années d'expérience internationale dans le secteur des télécommunications (groupe Telefónica), où elle a coordonné des équipes dans 17 pays, dans des domaines tels que la qualité, la transformation numérique, la veille concurrentielle, le développement durable et la réputation des entreprises, elle a positionné Telefónica comme une référence internationale en matière de droits de l'homme, de chaîne d'approvisionnement responsable, de confidentialité et d'engagement des parties prenantes.

Elle est aujourd'hui partenaire de Hands on Impact, qui conseille les organisations sur la génération d'impact et la performance durable. Elle collabore également au sein du Social Investor, le média en ligne de référence pour l'investissement durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *