Pourquoi la nouvelle décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes est une chance pour les entreprises d’agir en faveur du développement durable

Les Nations Unies placent la décennie actuelle sous le signe de la restauration des écosystèmes. Ce thème a également été au centre de la Conférence mondiale sur le climat de 2021 à Glasgow. L’article suivant explore le contexte et la stratégie de la nouvelle Décennie des Nations Unies. Que signifie t-elle pour le monde des affaires en tant que tendance et opportunité importantes ?


La restauration des écosystèmes présente de nombreux atouts. Non seulement sur le plan écologique, mais aussi sur le plan social et économique. Elle présente un fort potentiel pour atteindre les objectifs mondiaux, et rendre les régions et même les réfugiés plus résilients. Elle contribue aux 17 Objectifs de Développement Durable. L’éradication de la faim grâce à des aliments nutritifs, la réduction du changement climatique, le renforcement de la biodiversité et la consolidation de la paix sont quelques exemples. Des études scientifiques démontrent que, d’ici à 2030, la restauration des écosystèmes dégradés pourrait générer une valeur supplémentaire de 9 000 milliards de dollars américains en services écosystémiques et éliminer de l’atmosphère 13 à 26 gigatonnes d’équivalent CO2. Par conséquent, les bénéfices mondiaux obtenus par la régénération des écosystèmes sont dix fois supérieurs au coût de l’investissement initial.

Le défi : Dégradation des écosystèmes terrestres et marins

Moins d’un quart des terres de la planète est exempt d’impact humain. La destruction des écosystèmes résulte des activités humaines. Expansion des terres cultivées et des pâturages, pratiques agricoles et forestières non durables, changement climatique, épuisement des stocks de poissons, étalement urbain, développement des infrastructures et des industries extractives… Ces causes résultent principalement de deux choses. Une consommation élevée dans les économies industrialisées et d’une consommation croissante dans les pays en développement et émergents.

La dégradation des écosystèmes terrestres et marins entraîne l’extinction massive d’espèces et par conséquent un grave appauvrissement de la biodiversité. Tout cela réduit la résilience au changement climatique, accroît les catastrophes naturelles et pose des problèmes à l’agriculture pour la production de denrées alimentaires. De plus, elle coûte plus de 10 % du produit intérieur brut mondial annuel (environ 6 300 milliards de dollars) en raison de la perte d’espèces et de fonctions des écosystèmes. En outre, la destruction des écosystèmes est une cause de migration massive. Par exemple, 46 % des terres africaines sont dégradées. Ce qui menace les moyens de subsistance de près de deux tiers de la population africaine. En raison de la sécheresse et de la pénurie alimentaire qui en résultent, des millions de personnes devraient migrer des régions dégradées d’Afrique au cours des deux prochaines décennies.

La Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes

Avec la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes, les Nations Unies ont articulé la décennie actuelle autour du thème de la restauration des écosystèmes. La Décennie des Nations Unies s’étend de 2021 à 2030. C’est également l’échéance des objectifs de développement durable (ODD) et, en outre, la période que les scientifiques ont identifiée comme la dernière chance d’empêcher un changement climatique catastrophique. La Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes est donc un appel à protéger et à reconstruire les écosystèmes dans le monde entier, dans l’intérêt des populations et de la nature.

Une initiative opportune visant à prévenir et à réduire la dégradation et des mesures visant à renaturaliser les écosystèmes peuvent accroître la sécurité alimentaire, contribuer de manière significative à l’adaptation au changement climatique et à son atténuation, et aider à prévenir les conflits sociaux et les migrations massives induites par le climat.

Comment la biodiversité contribue-t-elle à l’atténuation du changement climatique ?

La renaturalisation présente non seulement une valeur écologique, mais aussi un grand potentiel économique : D’ici 2030, la restauration des écosystèmes dégradés peut créer une valeur supplémentaire de 9 000 milliards de dollars US. Les avantages obtenus grâce à la restauration des écosystèmes dépassent en moyenne dix fois le coût de l’investissement initial, tandis que le coût de l’inaction est au moins trois fois supérieur au coût de la restauration des écosystèmes.

La restauration des écosystèmes contribue également de manière substantielle à la réalisation des 17 objectifs mondiaux de développement durable, des objectifs d’Aichi en matière de biodiversité et de l’objectif climatique de l’accord de Paris.

Comment restaurer de manière systémique ?

Les réponses institutionnelles et politiques au problème sont souvent réactives, non intégrées, et ne s’attaquent pas aux causes sous-jacentes de la dégradation. L’objectif doit donc être de sensibiliser la société et l’espace politique au sens large et de transformer les zones dégradées en paysages diversifiés et productifs. Après tout, ce n’est qu’avec des écosystèmes intacts que l’on peut enrayer le déclin de la biodiversité, contrer le changement climatique et améliorer les moyens de subsistance des populations.

Dans cette nouvelle décennie, il est particulièrement important de penser la durabilité de manière holistique. Nous ne devons plus penser la conservation et la protection de la nature en termes purement écologiques, mais devons les lier à des avantages sociaux et économiques. Après tout, outre la promotion de la biodiversité et l’amélioration des conditions de vie, la restauration des écosystèmes apporte des contributions supplémentaires à la sécurité alimentaire, à l’approvisionnement en énergie, à la protection du climat, à la réduction de la chaleur urbaine, au développement communautaire et à de nombreux autres défis sociaux, économiques et environnementaux du XXIe siècle.

À l’échelle mondiale et nationale, nous ne restaurons pas de manière systémique. Néanmoins, nous avons besoin de stratégies communes pour préserver certaines zones de la destruction. Les zones marécageuses, par exemple, sont d’une importance capitale du point de vue de la protection du climat. À l’échelle mondiale, ils ne représentent que trois pour cent de la superficie terrestre, mais absorbent environ 30 pour cent des émissions sur terre. La renaturation comprend également des programmes de reboisement. Dans le cadre de la reforestation, l’approche globale ne consisterait pas à créer des monocultures, mais plutôt des forêts mixtes.

Le modèle des 4 Returns : un cadre pour une restauration holistique

Commonland, une organisation fortement impliquée dans la restauration des écosystèmes, a créé le modèle “4 Returns“, un cadre holistique et axé sur la mise en pratique qui sert de ligne directrice commune pour la restauration globale des écosystèmes. Développé en étroite collaboration avec la science, le milieu académique, le secteur agricole et des experts, le modèle “4 Returns” restaure les écosystèmes dégradés en se concentrant sur quatre retours clés au cours d’une génération (20 ans – la période minimale requise pour restaurer les fondements écologiques d’un écosystème) :

  1. L’inspiration : redonner de l’espoir et un sens à la vie.
  2. Le capital social : restaurer l’éducation, les emplois, la prospérité économique et la sécurité.
  3. Le capital naturel : restaurer la biodiversité, la qualité de l’eau, les sols et capturer le carbone.
  4. Le capital financier : obtenir des rendements économiques à long terme.
20 ans est la durée minimale requise pour que les écosystèmes soient correctement restaurés, selon le cadre des 4 Retuns. ..
Source: Commonland. 2021. The 4 Returns Framework For Landscape Restoration, p. 6

Dans le cadre du modèle 4 Returns, des personnes engagées investissent dans la restauration et la préservation des écosystèmes et reçoivent en retour une réduction des émissions de carbone, des sols sains, de l’eau propre, une biodiversité accrue et des avantages économiques grâce à de meilleures possibilités de sylviculture, de chasse et de tourisme.

Des solutions et des initiatives innovantes existent déjà

Comme dans de nombreux domaines d’action du développement durable, de nombreuses solutions innovantes existent déjà dans le domaine de la restauration des écosystèmes et sont mises en œuvre par des pionniers dans le monde entier.

Les Ecosystem Restoration Camps se considèrent comme un mouvement mondial de personnes qui travaillent ensemble pour réparer ou guérir les écosystèmes détruits. Il existe actuellement 43 camps de ce type dans le monde, avec près de 15 000 participants impliqués à ce jour. Les projets vont de l’application de pratiques agroforestières en Europe à la revégétalisation du désert en Égypte. L’objectif des camps de restauration d’écosystèmes est de faire participer un million de personnes à la restauration d’écosystèmes dégradés dans 100 camps d’ici 2030.

Transformer les camps de réfugiés par la renaturation

Même avec la question des réfugiés, que l’on pourrait ne pas associer de prime abord à la restauration des écosystèmes, elle peut présenter de multiples avantages pour les résidents, les pays d’accueil et la biodiversité locale. Suite aux conséquences du changement climatique, il est probable que de plus en plus de personnes seront touchées et seront confrontées à des déplacements forcés en conséquence. Trouver un abri dans des camps de réfugiés sera leur seule option. Cependant, leur séjour est souvent plus long que prévu et ils se retrouvent donc coincés dans une forme permanente de temporarité dans des environnements souvent difficiles.

Mais que se passe-t-il si nous combinons les efforts de restauration des écosystèmes avec l’aide humanitaire et le développement, en donnant aux réfugiés les outils et les connaissances nécessaires pour se construire une vie meilleure ? Et si les camps de réfugiés étaient transformés en oasis de verdure grâce à la renaturation ?

Pour encourager la collaboration entre les différents projets locaux de réfugiés et les autres parties prenantes afin de promouvoir la transformation des camps de réfugiés en camps régénératifs, l’auteur a lancé l’initiative Generation Restoration. La restauration des écosystèmes n’améliore pas seulement la sécurité alimentaire des camps de réfugiés, l’autosuffisance et les compétences des réfugiés et donc leurs possibilités d’emploi grâce au grand effet d’apprentissage et de formation. Elle renforce également leur espoir de pouvoir façonner activement leur propre avenir – dans leur propre pays ou dans un pays de destination – au lieu de tomber dans de nouvelles spirales de dépendance. Cette autonomisation est l’une des émotions formatrices les plus importantes que la restauration des écosystèmes peut déclencher – et pas seulement pour les réfugiés.

La méthode Miyawaki : une approche durable à la sylviculture

Une autre initiative innovante est SUGi, où chacun peut contribuer à la restauration de forêts terrestres et aquatiques en faisant un don d’à peine 5 dollars. Les Forest Makers et les Ocean Gardeners de SUGi utilisent ces fonds pour restaurer la biodiversité et régénérer les écosystèmes dans le monde entier.

De nombreuses organisations ne plantent que des espèces d’arbres non indigènes en monocultures dans des endroits reculés. Ces projets ont un impact positif minime et sont souvent peu transparents quant à leur croissance et leurs effets à long terme sur l’environnement. Au contraire, le réseau mondial d’agriculteurs forestiers de SUGi crée des forêts denses et biodiverses d’espèces indigènes en utilisant la méthode japonaise Miyawaki : ces forêts sont 100% naturelles, 30 fois plus denses et 100 fois plus biodiverses que les forêts conventionnelles. Elles poussent également beaucoup plus vite, fixant beaucoup de CO2 et nettoyant l’air des polluants nocifs – ce qui est important, car 4,2 millions de personnes dans le monde meurent chaque année de la pollution atmosphérique. La méthode Miyawaki est idéale, notamment dans les villes, car elle nécessite peu d’espace et permet de lutter contre la forte pollution de l’air, qui est particulièrement sensible dans les zones urbaines.

L’organisation Justdiggit travaille spécifiquement à reverdir les terres dégradées en Afrique pour contrer le réchauffement climatique. Avec les communautés locales et ses partenaires, elle recueille l’eau de pluie, plante des arbres et crée des semis d’herbe, par exemple. Justdiggit fait une chose particulièrement bien : Ils adoptent une approche de communication forte pour sensibiliser le public aux nature-based solutions dans le monde entier, en coopérant étroitement avec des partenaires tels que Google, la Fondation IKEA et National Geographic, ainsi qu’avec des ambassadeurs publicitaires connus, et en s’appuyant sur des campagnes publicitaires percutantes. 

Quelles mesures les entreprises doivent-elles prendre ?

Pour atteindre les objectifs de la nouvelle Décennie, il faudra plus que des décideurs politiques, des ONG et des personnes engagées. Il faut aussi que les entreprises poursuivent les objectifs de la Décennie dans leurs stratégies de développement durable. L’accent politique mis sur la restauration des écosystèmes implique une grande responsabilité pour les entreprises conventionnelles, mais offre également de grandes opportunités.

Un exemple d’implication réussie d’une entreprise dans la restauration d’un écosystème est celui de l’entreprise allemande Reckhaus. Le Dr Hans-Dietrich Reckhaus, directeur exécutif de Transforming, a lancé l’initiative Insect Respect, transformant le modèle économique de son entreprise, qui est passée d’un fabricant de biocides chimiques à un fournisseur de services écologiques. Issu d’une tradition de plus de 60 ans de production de biocides, Reckhaus se concentre désormais sur une nouvelle façon de gagner de l’argent : En descellant et en verdissant les surfaces, l’entreprise crée des habitats favorables aux insectes sur les toits et dans les entreprises.

En constatant des évolutions de pensée, même dans une industrie aussi conventionnelle, la transformation devient possible dans tous les secteurs. Le projet mondial de restauration des écosystèmes sera un projet de plusieurs milliards. Les entreprises et les hommes politiques devront investir beaucoup d’argent dans la restauration des écosystèmes. Ceux qui travaillent déjà sur des questions telles que la biodiversité, la conservation de la nature ou la reforestation auront l’occasion de se positionner. En étant partenaires de coopération compétents, ils présenteront ce qu’ils ont recherché et réalisé.

Conclusion

Toute une génération est désireuse de construire son avenir de manière positive. Des pionniers rassemblent les bonnes idées, encouragent les exemples et organisent des échanges d’expériences dans le cadre de cette Décennie. L’élan est là, la motivation est là, et les personnes possédant les connaissances et l’expérience nécessaires sont là. Participez à la Décennie des Nations Unies et faites partie de la Génération Restauration et passez à l’action !

Tina Teucher
Site Web | Autres articles

Matchmaker durable et modératrice professionnelle. Tina s'efforce d'aider les projets régénérateurs à diffuser leurs idées, à croître, à s'étendre et à se multiplier. Avec une équipe en pleine expansion, elle s'efforce de faire de sa vision une réalité : transformer les camps de réfugiés en lieux de régénération et d'espoir par la restauration des écosystèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.