Série de dîners supply chains et engagement des paysans du sud de Ksapa : Synthèse et prochaines activités

Alors que l’année touche à sa fin, je me permettrai de revenir sur la série de dîners de petits exploitants lancée à Londres en 2022 et sur la signification de ses thèmes dans le contexte de la COP15.

Nous avons eu l’honneur d’accueillir des invités fascinants et stimulants tout au long de 2022 et nous attendons avec impatience notre premier dîner de 2023 en février. Notre dîner le plus récent a réuni un petit groupe de décideurs et de praticiens inspirés issus du monde des affaires (jus de fruits Innocent), du secteur associatif (Farm Africa, WWF, Anglo American Foundation & One Acre), du monde universitaire (Cambridge Institute for Sustainability Leadership – CISL) et du secteur financier (Agri3Fund). Notre réunion a été une occasion bienvenue de se détendre et d’explorer les défis, les idées et les solutions qui ont un impact sur la réalisation de l’objectif 13 (action climatique) dans les chaînes de valeur des petits exploitants.

Plaidoyer pour le changement climatique : “Tout est question d’impact social”

Lorsque l’expression “Triple Bottom Line” a été inventée par John Elkington en 1999 dans “Cannibals with Fork : The Triple Bottom Line of the 21st Century Business”, cela a certainement ressemblé à une révolution car nous disposions d’un cadre simple mais puissant pour classer, évaluer et traiter les impacts ESG. Le concept “People, Planet, Profit” est entré dans notre vocabulaire et est devenu une seconde nature. Bien que cela ait contribué à encadrer et à intégrer notre réflexion, en plaidant pour la planète, il s’agissait toujours d’un processus lent et frustrant souvent attribué à la “tragédie des biens communs”. Je dirais également que c’est en partie parce que nous n’avons pas réussi à traduire le changement climatique en termes humains ou sociaux. Le changement climatique était et reste un concept assez abstrait pour la plupart des gens. Je n’ai pas été surpris lorsque mes collègues invités à dîner ont suggéré que le changement climatique était en fait une question sociale et que nous pourrions aller plus loin et plus vite en l’évoquant comme tel. Après tout, certains ne sont peut-être pas poussés à agir par la menace d’un changement de régime climatique, mais par l’impact qu’il a sur la sécurité alimentaire, l’emploi et la santé humaine. En transposant ce concept au contexte des chaînes de valeur agricoles, pourrions-nous avoir plus d’impact en nous penchant sur la question de savoir comment les petits exploitants peuvent se nourrir (une question sociale) plutôt que de nous concentrer sur le carbone ?

Données sur le carbone : “Une nécessité ou une excuse pour l’inaction”

Alors que l’espace agricole bénéficie d’une offre croissante et abordable de solutions d’intelligence artificielle pour capturer les données, une grande partie du discours sur le changement climatique et le carbone semble se concentrer sur les défis de la capture des données. Les données sont abondantes mais n’atteignent pas, dans la plupart des cas, l’espace en bout de chaîne des petites exploitations agricoles dans les pays du Sud. Certains invités ont commenté que cela était dû à un manque d’investissement dans les chaînes de valeur alimentaires. D’autres ont souligné le prix élevé de la collecte des données sur le carbone. Cependant, le manque de données est-il une excuse pour retarder l’action ? Les bonnes pratiques agricoles sont connues depuis des décennies et l’analyse de rentabilité de leur adoption devrait être assez simple. Le manque de données est-il ce qui nous retient vraiment ? Comment pouvons-nous catalyser le changement alors que la science de la capture des données sur le carbone devient “business as usual”?

Le rôle des PME intermédiaires : “le chaînon manquant”.

Si l’ESG fait partie du paysage des grandes entreprises, elle l’est souvent moins pour les PME qui n’ont pas forcément l’exposition à la marque, ni les incitations réglementaires pour les pousser à agir. Le pouvoir collectif des PME a été relativement peu exploité jusqu’à présent. Cependant, nous pouvons affirmer que les petits acteurs pourraient faire pression sur les grands acteurs malgré la disparité de taille. De même, que pourraient faire les grands acteurs pour faire pression sur le “milieu manquant” ? Je suis souvent surpris de voir à quel point les grands acteurs sont convaincants lorsqu’il s’agit de négocier sur les prix et la qualité, alors qu’ils sont plus timides à s’engager dans des programmes d’impact avec leurs fournisseurs. La nécessité de “s’engager” et d’obtenir “l’adhésion” est souvent proclamée, ce qui nous amène à penser que l’esprit de coopération pourrait se développer le long des chaînes de valeur alimentaires. Que faudra-t-il aux grandes entreprises pour s’engager réellement et efficacement avec les intermédiaires manquants afin d’accélérer le changement ?

Bien que notre exploration se soit concentrée sur les chaînes de valeur des petits exploitants, elles n’auraient pas été déplacées lors de la COP15, où un accord historique a été conclu en vue de protéger 30 % des terres et 30 % des zones côtières et marines d’ici 2030. Cela m’amène à me demander si…

  • La biodiversité n’aurait-elle pas plus de chances de faire partie des agendas des entreprises, du public et des particuliers si nous communiquions sa valeur en termes sociaux ?
  • Nous tirerons les leçons du changement climatique et utiliserons les données pour alimenter le progrès ou les laisser devenir une excuse pour l’inaction. 
  • Nous pouvons trouver des moyens d’inciter le “milieu manquant” à agir et à atteindre l’objectif du “30 pour 30”.

Poursuivons la conversation

Notre prochain dîner, prévu le 1er février 2023, explorera les défis, les idées et les solutions ayant un impact sur la réalisation de l’objectif 5 (égalité des sexes) dans les chaînes de valeur des petits exploitants. Rejoignez-nous si vous souhaitez participer à la conversation (Cdelbe@ksapa.org).

Christèle Delbé
Directrice, Solutions d'approvisionnement responsable chez Ksapa | Autres articles

Christèle est responsable de l'engagement des entreprises en matière de solutions d'approvisionnement responsable, grâce à nos programmes SUTTI, et de conseil en matière de chaîne d'approvisionnement durable. Depuis 20 ans, Christèle a mis en place différentes initiatives permettant de faire progresser les défis sociaux et environnementaux des chaînes agroalimentaires en s’appuyant sur les leviers technologiques.

Christèle a été responsable du développement durable pendant 14 ans chez Orange puis Vodafone. Christèle s’est ainsi s'intéressée particulièrement à la manière de tirer parti des technologies pour innover et fournir des solutions évolutives en matière de droits humains, de carbone, de déchets, d'emballages, de chaînes d'approvisionnement et de consommation responsables. Au cours des 7 dernières années, Christèle s'est rapprochée encore plus des matières premières agricoles et de leurs chaînes d'approvisionnement, et a animé différents partenariats stratégiques et opérationnels multisectoriels avec Bonsucro, Danone, Diageo, GPSNR, ISEAL, PepsiCo, Producers Direct, RSPO, Tetra Pak, Unilever et Vodafone.

Christèle parle anglais, français et espagnol.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *